Sorry but this form will not work without cookies enabled. Please adjust your browser settings to enable cookies to continue. For more information on how to do this please see our.

  • Bienvenue au Collège Champittet

    Avec plus de 110 ans d’existence, le Collège Champittet possède une longue expérience dans l’enseignement.

    College Champittet

  • Préscolaire, Primaires et Secondaires

    Le Collège Champittet Pully accueil les enfants de 3 à 18 ans (préscolaire, primaire et secondaire ) et se situe sur les rives du lac Léman à Proximité du centre de Lausanne.

    Pully students

  • Préscolaire et Primaires

    Collège Champittet accueil les enfants de 3 à 10 ans (prescolaire et primaire). Situé entre Genève et Lausanne, elle offre un lieu accueillant et épanouissant.

    Nyon student

  • Home to the pioneers of tomorrow

    Sur notre campus de Pully, nous accueillons les élèves interne du monde entier de 11 à 18 ans dans un environnement familliale et bienveillant.

    Camp outing

  • Des camps d'excellence

    Au Collège Champittet Pully, vos enfants peuvent acquérir de nouvelles compétences, et participeront à des activité passionnantes.

    Boarder

  • Admissions au Collège Champittet

    Le département des admissions se tient à votre disposition tout au long de l'année, n'hésitez pas à nous contacter.

    Young student in class

  • Toute l'actualité de l'école

    Découvrez les dernières nouvelles de l'école, les prochains événements et les derniers articles du blog !

    Sport event

La maîtrise de la langue au service de la pensée libre

La maîtrise de la langue au service de la pensée libre

Acquérir des compétences en matière d’orthographe et de syntaxe est une activité peu prisée des élèves en général : les règles qu’il s’agit d’appliquer reposent sur des fondements souvent oubliés, elles sont perçues comme fastidieuses et arbitraires – ce qu’elles sont tout de même à certains égards, il faut bien l’admettre -  et elles comportent à leurs yeux un intérêt limité eu égard aux trésors de connaissances que peuvent leur offrir d’autres matières du programme.   

De plus, si la langue évolue constamment sous l’effet des pratiques collectives - ou si elle est parfois artificiellement mue par les fantaisies de l’Académie française...- elle ne sollicite pas, du moins pas tout de suite, l’originalité individuelle des élèves et leur créativité propre : son étude perd ainsi tout attrait et se résume à un acte de mémorisation qui n’a plus bonne presse dans la pédagogie contemporaine.    

Et pourtant, les enjeux liés à cette compétence sont majeurs : maîtriser les codes d’une communauté linguistique, c’est tout d’abord s’insérer dans une culture, ce qui en soi est déjà tout un programme. Rigoureusement appliqués, ces codes sont la condition sine qua non d’une pensée intelligible pour tous, et en premier lieu pour soi. La pauvreté des ressources linguistiques  (qu’elles soient grammaticales ou lexicales) entraîne nécessairement l’indigence de la pensée en raison du lien indéfectible qu’entretient cette dernière avec la langue. L’inverse n’est toutefois pas vrai: il faut se méfier des beaux parleurs et la pensée est bien autre chose que des paroles soigneusement déroulées.  

La langue doit donc être rigoureusement articulée et sa maîtrise consolidée aussi vite que possible si l’on veut que la pensée  puisse trouver la voie de l’autonomie dans l’univers toujours plus complexe du savoir.  Pour cette raison il y a urgence à transmettre au plus tôt aux élèves, c’est-à-dire dès leur plus jeune âge, l’outil linguistique, de manière certes attractive autant que faire se peut, mais surtout parfaitement rigoureuse. Défendre une vision pédagogique qui prône le primat de la maîtrise technique de la langue sur la rédaction libre et décomplexée est une gageure dans une société peu encline aux efforts de longue durée (car c’en est un),  avide de résultats immédiats et d’expression sans contrainte. 

Le défi pédagogique majeur que les enseignants de français doivent relever chaque jour se résume donc ainsi:  réhabiliter cette rigueur dans l’étude de la langue, au nom de la liberté de pensée.  

La rigueur de la règle au service de la liberté ? Voilà un paradoxe qui mérite réflexion.     
    
Sylvie Caputo
Cheffe de file de français secondaire I et II
Juin 2020 

Categories